FESTIVAL "Festi'Country-Line 2018

FESTIVAL 2018 sous les années 50 et ses claquettes Américaines

Histoire des claquettes (tap dance)

Les claquettes ont pour origines surtout l’Afrique et l’Irlande. D’un côté la danse africaine, de l’autre la danse irlandaise... des danses traditionnelles, en sabots, pieds nus, en chaussures... bref, on tape sur le sol avec ses pieds.

 

Les pulsations et les intentions sont différentes. La danse africaine est très en rapport avec la terre, le sol. On puise l’énergie de la terre. Elle se danse sur un rythme Ternaire qui a donné naissance au jazz.

Les claquettes américaines, (tap-dance), naîtront de ce mélange d’influences.

Les claquettes ne s’apprenaient pas dans les écoles, elles s’apprenaient en allant voir danser les autres. Certains copient et d’autres, plus intelligemment, s’inspirent et créent leurs propres styles.

Tant que le cinéma était muet, on ne filmait pas les claquettes.

Un des tout premiers témoignages filmés de claquettes est un document d’environ 1 minute, tourné en 1903 - certainement par Thomas Edison - où l’on peut voir des danseurs (anonymes) exécutant quelques pas traditionnels de l’époque.

On trouve à cette époque et même un peu avant, des danses populaires comme

- le cake-walk inventé par les noirs de Virginie vers 1870, 
- le big apple, une danse afro américaine des Etats-Unis du début du 20ème 
- le charleston, en 1890. Le nom vient de la ville Charleston en Caroline du Sud. Joséphine Baker en est l’une des plus illustres représentantes.

William Henry Lane, dit Master Juba - 1825 - 1852

Il est reconnu comme étant officiellement le tout premier artiste américain noir, danseur de claquettes. Ce fut l’un des premiers noirs des États-Unis à se produire devant un public blanc, et le seul de sa génération à partir en tournée avec un groupe de blancs.)

Il crée vraiment un style, voire carrément les "claquettes américaines", mais il meurt à 27 ans de faim et d’épuisement avec un rythme effréné de ses spectacles, en pleine gloire. Il mélange les claquettes irlandaises avec des rythmes afro-américains syncopés. Il créée ainsi de nombreux pas de claquettes utilisés aujourd’hui.